Flash infos

Séminaire mentorat C’Possible

Une quarantaine de mentors C’Possible se sont réunis le 9 juin dernier dans le cadre du séminaire annuel sur le mentorat. Au programme : des ateliers de travail, une table ronde et des projets innovants. 

Provenant de plusieurs régions, les mentors C’Possible se sont réunis afin de faire le bilan de cette année de mentorat au sein des 90 lycées professionnels partenaires.

Les échanges ont été particulièrement instructifs lors de la table ronde réunissant Mme Louisa Mazouz, proviseure du lycée Louise Michel à Epinay-sur-Seine, Mme Karine Darjo, CPE du lycée Auguste Blanqui à Saint-Ouen et M. Pierre Pinault, co-animateur du mentorat en Ile-de-France. Les discussions ont porté sur les dispositifs de prévention du décrochage scolaire mis en œuvre dans les lycées et sur leur complémentarité avec les actions de C’Possible.

Comme le souligne Mme Mazouz, la période du Covid a laissé des traces chez les jeunes : « Certains élèves ont perdu le rythme scolaire après les deux années de confinement et d’enseignement partiel à distance. De plus, nombreux sont ceux qui ne maitrisent pas les codes du savoir-être. Ils n’acceptent plus l’autorité ». Malgré ces difficultés rencontrées, les deux intervenantes reconnaissent les bienfaits du mentorat C’Possible pour les jeunes : « un lien de confiance et une écoute mutuelle s’installent entre le mentor et le mentoré », « les lycéens ont accès à un carnet d’adresse qu’ils n’auraient pas pu avoir sans leur mentor » « de la bienveillance et de la sagesse sont apportées par les mentors ».

Après cette table ronde, les mentors ont participé à des ateliers de travail sur plusieurs thèmes : le maintien du lien avec le jeune, la relation avec le lycée et l’évaluation de l’efficacité de nos actions de mentorat. Des pistes de réflexion ont pu ainsi être proposées : refonte des formulaires d’évaluation de l’impact du mentorat, développement de nouveaux outils de communication plus ciblés, valorisation de l’expérience de mentorat des jeunes en l’indiquant sur leur CV etc.

Retrouvons-nous en octobre pour le prochain séminaire mentorat C’Possible !

C’Possible évalue l’impact de ses actions

C’Possible lance une grande enquête d’évaluation de ses actions dans les lycées. Elle a pour but de recueillir l’avis des professeurs, des élèves et des bénévoles sur l’impact de ses actions afin d’améliorer leur efficacité auprès des lycéens.

A l’issue de cette année de relance de toutes nos activités dans près de 90 lycées professionnels et technologiques, l’heure est au bilan et à l’analyse : nos programmes ont-ils permis d’aider les lycéens à se mobiliser et à construire leur avenir ? Ont-ils eu une incidence sur la prévention du décrochage scolaire ? Les équipes enseignantes ont-elles trouvé appui et soutien auprès de nos équipes ?

Le premier volet de cette enquête nous amène à interroger les enseignants franciliens qui ont organisé des ateliers repères (entreprise – culture – valeurs) dans leurs classes. Quel a été l’impact sur leurs élèves ? Le format est-t-il adapté ? Souhaitent-ils élaborer des parcours d’ateliers C’Possible lors de la prochaine année scolaire ?

Le deuxième volet de notre enquête concerne l’impact du mentorat mené auprès des élèves les plus fragiles : comment évaluer la contribution de C’Possible dans le cheminement personnel d’un jeune ?

Afin de répondre à ce questionnement, C’Possible fait équipe avec le cabinet Kimso, spécialisé dans l’évaluation d’impact social. L’approche de Kimso consiste à croiser les regards des parties prenantes afin de comprendre les effets du mentorat sur les jeunes.

Kimso réalise actuellement deux « focus-groupes » avec des jeunes mentorés, une approche collective qui facilite l’expression et la mise en lumière des effets et des dynamiques chez les lycéens accompagnés. En parallèle, Kimso conduit des entretiens individuels avec quelques représentants de l’Education Nationale et un entretien collectif avec des mentors de C’Possible.

Cette étude permettra d’apporter des réponses concernant la perception du mentorat par les jeunes ainsi que ses effets à court ou long terme, et  d’identifier des pistes pour renforcer nos actions.

Rendez-vous à la rentrée pour le compte rendu de ces deux enquêtes d’évaluation.

Île-de-France : Objectif : « Booste ton bac »

C’Possible a organisé en mai dernier la semaine de remobilisation « Booste ton bac ! » pour les élèves de Terminale du Lycée Bartholdi de Saint Denis (93). L’objectif : redonner confiance aux élèves et les accompagner vers la réussite.

C’est à la demande du CPE du Lycée, M. Diagola, que les équipes de C’Possible ont élaboré un programme d’ateliers destinés aux élèves de terminale et de classes Passerelle. Pendant une semaine, les élèves ont participé à des ateliers ayant pour but de les accompagner dans leur poursuite d’étude et vers leur avenir professionnel.

Au programme : des ateliers sur le savoir-être en entreprise, des simulations d’entretien, des ateliers d’éloquence, des débats autour de « la confiance » et de « saisir sa chance ». Une vingtaine d’élèves a également pu échanger avec un des Role Model de l’association, Moussa Camara, fondateur charismatique de l’association « Les Déterminés ».

Ce projet innovant a tenu toutes ses promesses grâce à une équipe pédagogique impliquée, des bénévoles toujours à l’écoute et des élèves d’abord sur la réserve puis de plus en plus motivés.

Selon M. Diagola, ces moments d’échanges ont permis aux lycéens de se remobiliser et de mettre toutes les chances de leur côté, pour le bac bien sûr, mais également pour leur poursuite d’étude : « Le bilan est positif. J’ai apprécié la diversité des ateliers car beaucoup de thèmes transversaux et utiles à nos élèves ont été abordés : l’estime de soi, saisir sa chance etc. D’autre part, la bienveillance, l’empathie et l’implication des bénévoles étaient remarquables. »

De leur côté, les élèves ont apprécié ce dispositif mis en place quelques semaines avant le bac : « Les ateliers C’Possible m’ont permis de prendre confiance en moi. Maintenant, j’ai toutes les informations pour adapter mon savoir-être en entreprise et je suis prêt à poursuivre mes études » nous confie un élève de terminale.

Cette première édition réussie nous encourage à déployer ce dispositif l’année prochaine dans d’autres lycées qui le souhaiteraient, avec un fil rouge : confiance, effort et motivation !

Pays de la Loire : Les entreprises ouvrent leurs portes

Une journée d’immersion en entreprise, c’est le programme proposé par nos partenaires des Pays de la Loire ; les lycéens nantais et angevins ont ainsi poussé la porte de plusieurs entreprises, découvert de nouveaux métiers, et pour certains décroché un stage ou un emploi !

Parmi les entreprises partenaires, la Grande Pharmacie de Paris située à Nantes est certainement l’une des plus emblématiques : répartie sur 4 étages, la plus grande pharmacie de Nantes compte 48 collaborateurs et accueille chaque jour plus de 2 000 clients !

Ce sont les élèves de terminale gestion administration du lycée Léonard de Vinci de Nantes qui ont eu l’opportunité de visiter cette officine en mai dernier : tout d’abord le secteur de la parapharmacie, puis l’étage des services administratif et comptable, également la salle des ordinateurs qui contrôle les 16 caisses de la pharmacie.  

Au-delà de l’accueil de classes sur site, la grande Pharmacie de Paris accueille également en stage des lycéens professionnels introduits par C’Possible. L’un d’entre eux va prochainement signer un contrat d’embauche dès qu’il aura les résultats de son bac : bravo !

Partons maintenant à Angers où une classe MLDS (Mission de lutte contre le décrochage scolaire) du lycée Chevrollier s’est rendue le 29 avril, au sein de l’entreprise Logisseo. C’est sa Directrice générale elle-même, Hélène Grellier, qui a guidé la visite tambours battants :  le département des entrées en stock (réception de marchandises), la gestion des stocks, la préparation des commandes et enfin les livraisons aux particuliers et aux professionnels. Grâce à cette visite très complète, les élèves ont pu appréhender le fonctionnement complexe d’un entrepôt.

A l’issue de cette journée, un des élèves a su saisir sa chance, il a postulé pour un stage et a été retenu ! D’autres lycéens, passionnés par cette visite, ont décidé de poursuivre leurs études dans le secteur de la Logistique

Découvrir le fonctionnement d’une entreprise, comprendre concrètement le quotidien des collaborateurs, décrocher un stage et parfois trouver sa voie : merci à nos partenaires d’avoir offert ces opportunités aux lycéens !

Hauts-de-France : Direction Bruxelles !

A l’issue d’un challenge inter-lycées, deux classes des lycées Duhamel de Loos et Léo Lagrange de Bully-les-mines, ont été récompensées : Un voyage à Bruxelles pour visiter les institutions européennes et rencontrer des élus. Retour sur une journée d’exception.

Jean-François Lepoutre, à l’origine du projet, ainsi que des bénévoles C’Possible et des conseillers du commerce extérieur de la France des Hauts-de-France, ont mis en place cet évenement ambitieux : amener des jeunes lycéens à Bruxelles, afin de découvrir le rôle majeur joué par les institutions européennes dans leur vie et leurs projets d’avenir. Pour pouvoir participer à ce projet, les jeunes de ces 2 lycées ont tout au long de l’année préparé un exposé et une vidéo sur une thématique européenne. Le lycée Duhamel a décidé de traiter le sujet des énergies vertes tandis que le lycée Léo Lagrange a, quant à lui, choisi celui de l’égalité homme/femme.

Le 28 avril, les élèves enthousiastes sont partis à la découverte des institutions européennes (le Parlement européen et la Maison de l’Europe) ; ils ont également partagé un moment d’échanges sur les travaux de recherches réalisés en classe, avec deux députés européens : Mme Fabienne Keller et M. Dominique Riquet.

A la fin de journée, la satisfaction était unanime ; du député Dominique Riquet : « Je suis ravi de savoir que les élèves ont apprécié cette journée, et qu’elle a pu les éveiller un peu plus à l’Europe et à la vie citoyenne » aux élèves : « nous les secondes MRCA, nous vous remercions pour cette belle aventure. Nous avons pu ainsi travailler tous ensemble, unis pour un même combat. Nous avons découvert le parlement européen ainsi que le musée. Nous tenons à vous remercier pour votre implication, puisque, sans vous, nous n’aurions pas vécu cette expérience ».

Rendez-vous est pris l’année prochaine pour une deuxième édition de cette journée d’initiation à l’Europe !

Déjà 10 000 jeunes sensibilisés !

L’année scolaire n’est pas encore terminée et pourtant notre association a déjà sensibilisé plus de 10 000 jeunes dans les 4 régions où elle est implantée : un record depuis la création de C’Possible ! Ce résultat, nous le devons à un triple engagement : celui de nos 300 bénévoles, mentors & intervenants, celui des enseignants qui travaillent avec nous au quotidien, et enfin celui de nos entreprises partenaires de plus en plus impliquées dans nos actions.

Près d’une centaine de lycées professionnels et technologiques nous font désormais confiance. Depuis l’année dernière, ce sont 30 nouveaux lycées qui ont fait appel à nous. Aujourd’hui, l’expertise de nos bénévoles et la méthode C’Possible sont accueillies par les équipes pédagogiques des lycées avec beaucoup d’enthousiasme. Ce sont les proviseurs, CPE et professeurs eux-mêmes qui en parlent le mieux : « les élèves sont mieux préparés à la vie active », ils observent « un changement positif d’attitude en classe » et « un plus grand investissement dans leur scolarité ». Pour obtenir de tels résultats, pas de secret : les bénévoles travaillent main dans la main avec les enseignants.

Déjà 600 interventions Repères ont été animées en classe depuis la rentrée de septembre 2021, dans les domaines de l’Entreprise, de la Culture et du Vivre ensemble. En cette année « post-pandémie », les équipes pédagogiques ont souhaité construire avec nous des programmes de remobilisation pour leurs élèves qui avaient particulièrement souffert dans leur scolarité depuis 2 ans.

Forte de son expérience de plus de 14 ans, C’Possible a su tisser des liens étroits avec les enseignants basés sur l’écoute, le dialogue et la co-construction. Les professeurs sont ainsi de plus en plus nombreux à élaborer avec nos équipes des « Parcours C’Possible » pour leurs classes, alliant ateliers de professionnalisation, visites culturelles et ateliers-philo. C’est pourquoi, nous travaillons actuellement à la création de « parcours » pluri-thématiques, adaptés à chaque niveau de classe et que nous déploierons dès l’année prochaine dans les classes des lycées volontaires.

Ces parcours peuvent également inclure des actions de mentorat individuel pour les élèves le plus en difficultés. Membre du Collectif Mentorat, et Lauréat du programme gouvernemental « 1 Jeune, 1 Mentor », C’Possible est en effet reconnu pour son expérience dans l’accompagnement d’élèves en risque de décrochage scolaire. Ainsi, le programme de Mentorat a été déployé beaucoup plus largement cette année en synergie avec les interventions en classe.

Nous sommes convaincus chez C’Possible que notre méthode associant actions collectives et individuelles est une des solutions pour favoriser l’égalité des possibles à l’école, en partenariat toujours plus étroit et efficace avec les enseignants et les équipes pédagogiques.

Ensemble, œuvrons pour que chaque élève trouve sa voie et sa place dans la société !

Île-de-France : Sensibilisons les jeunes au développement durable

C’Possible est depuis cette année partenaire de la Fondation Good Planet afin de sensibiliser les élèves à l’écologie, au vivant et à la planète. Nous organisons ensemble des ateliers participatifs dans les lycées franciliens : la Fresque du climat, un jeu de rôle sur le gaspillage alimentaire ou sur les aliments transformés.

Ce jeune partenariat avec la Fondation Good Planet est né de notre volonté d’adapter nos « ateliers Repères » aux enjeux du monde actuel. Il nous est apparu indispensable de sensibiliser les élèves aux problématiques liées au dérèglement climatique, à la transition écologique et au développement durable et cela grâce à des ateliers très concrets dont les jeunes sont les premiers acteurs.

→ Quelques mots sur notre partenaire : la Fondation Good Planet a été créée en 2005 par le photographe Yann Arthus-Bertrand, dans le but de mettre en œuvre des projets de terrain visant à préserver la planète, les sujets traités par la fondation sont :  la biodiversité, l’agriculture durable, l’énergie propre, les déchets et l’éducation. Plusieurs types de publics peuvent bénéficier des ateliers proposés par la Fondation : écoles, entreprises, familles, associations, etc.

 

Grâce aux équipes de la Fondation, près d’une dizaine de classes de nos lycées partenaires ont bénéficié des ateliers de sensibilisation. Les médiatrices et médiateurs abordent les Objectifs de Développement Durable (ODD) à travers des ateliers ludiques, interactifs et innovants. Par exemple, les élèves réalisent en équipe une Fresque du climat, afin de comprendre les causes et les conséquences du dérèglement climatique, et s’approprient ensuite les solutions pour y remédier. D’autres ateliers sont proposés sous forme de jeux de cartes, comme celui qui permet de découvrir d’où viennent les composants et les origines d’un produit transformé (atelier « que se cache-t-il derrière mon assiette ? »). Le mois dernier, une classe du Lycée Abbé Grégoire (Paris) s’est également rendue dans les cuisines de la Fondation, pour réaliser une recette « anti-gaspillage alimentaire ».

Les élèves, parfois préoccupés par les problématiques soulevées lors des ateliers, repartent avec des idées et de nouveaux comportements, prêts à agir demain. Le soutien de notre partenaire Fondation Good Planet nous est très précieux, pour accompagner les jeunes lycéens dans leur connaissance du monde qui les entoure, aujourd’hui et demain.

Pays de la Loire : Le Printemps de la culture

Depuis quelques semaines, de nombreuses visites de musées, de balades culturelles ou encore de chorales éphémères sont organisées dans différents lycées angevins et nantais, partenaires de C’Possible. Les lycéens, pour certains hésitants, ont fait abstraction de leurs a priori pour profiter pleinement de ces activités : retour sur les objectifs de ces sorties culturelles.

 

Eveiller la curiosité des élèves et ouvrir leur regard sur le monde fait partie des priorités de C’Possible. Grâce aux bénévoles passionnés et à nos partenaires acteurs de la culture, des projets inspirants et motivants voient le jour en appui des équipes pédagogiques des lycées. La clé de la réussite de ces activités : intégrer celles-ci aux enseignements, tout en sortant les élèves des parcours pédagogiques habituels. Par exemple, une classe Métiers de la Mode du Lycée Léonard de Vinci de Nantes a visité l’exposition « A la mode, l’art de paraitre au 18ème siècle » au Musée d’Arts de Nantes. Une occasion unique de faire le lien entre les costumes du 18ème siècle et la mode d’aujourd’hui.

Les ateliers culturels permettent aux élèves de découvrir et d’apprendre des disciplines qu’ils ne connaissent pas, grâce à une pédagogie active : c’est-à-dire « apprendre en faisant ». Un défi relevé par une classe de seconde Métiers du Pilotage et de la Maintenance des Installations Automatisées au Lycée Chevrollier d’Angers. « Challengés » par une cheffe de chœur et leurs professeurs, les lycéens ont participé à une chorale éphémère de blues durant 4 séances. 5 semaines plus tard, les élèves ont réussi à apprendre leur chant et à donner une représentation devant tout le lycée pour un résultat final extraordinaire. Selon leurs mots, les élèves étaient au départ « sceptiques du résultat » et « surpris d’assister à des cours de chants au lycée ». Finalement, chacun a su s’investir et faire disparaitre ses préjugés. Ensemble, les élèves ont pris plaisir à chanter et ils étaient « tous fiers à la fin » de montrer à leurs professeurs ce qu’ils avaient réussi à faire !

Un dernier événement culturel marquant des dernières semaines : les balades ! Parce que le corps et l’esprit sont indissociables, la balade dans les jardins d’Angers entremêle poésie, grand air et histoire des lieux. Lors de ces balades, les élèves apportent un carnet dans lequel ils notent leurs impressions de la visite, ajoutent des croquis et des photographies pour imaginer ensuite leur ville rêvée ou du futur.

La culture peut être vue comme une source d’émerveillement, de plaisir et de loisirs, mais c’est aussi l’occasion d’engranger de nouvelles expériences par un autre apprentissage.

Auvergne-Rhône-Alpes : « Je filme ma formation », Les coulisses du tournage

Pendant plusieurs mois, la classe CAP Electricité du Lycée André Cuzin (Caluire, 69) s’est lancée le défi de réaliser un court-métrage pour participer à la 6ème édition du concours « Je filme ma formation ». Les élèves, accompagnés de l’équipe éducative du lycée et des bénévoles de C’Possible, ont réalisé leur propre film : « L’elec, c’est pas un jeu ». Moteur, Action !

Première étape du projet : analyser les films des éditions précédentes, pour comprendre les attentes et le sujet du concours « Je filme ma formation ». L’objectif de ce film ? Faire connaitre leur filière électricité à tous les collégiens et lycéens qui se posent des questions sur leur orientation. Sofia, étudiante en histoire de l’art et bénévole C’Possible a accompagné les élèves tout au long du projet et a présenté les différents métiers de l’audiovisuel : storyboarder, scénariste, directeur de casting, réalisateur, ingénieur du son, régisseur, etc.

Seconde étape : lancer le processus de création ! En suivant les conseils prodigués par Sofia, ils ont imaginé tous ensemble le storyboard en planifiant l’ensemble des scènes à tourner. A tour de rôle, les élèves ont eu la possibilité de se prêter au jeu d’acteur, de cadreur, de réalisateur et de régisseur, en utilisant le matériel professionnel (caméra, lumière, micro, etc.) prêté par Sofia et l’association étudiante Kinoks. Pour la bande son, l’un des élèves a rédigé lui-même le texte du script, c’est un de ses camarade qui l’a lu en voix-off.

Quelques mois plus tard, le tournage touche à sa fin. Lors de la 8ème et dernière séance, les élèves ont enfin découvert leur film et l’ont inscrit au concours « Je filme ma formation » organisé sous le haut-patronage du gouvernement. Leur court-métrage a même été retenu en sélection officielle ! Les résultats ont été annoncés le 31 mars lors d’une cérémonie au Grand Rex à Paris, pas de prix cette fois-ci mais tous sont motivés pour retenter leur chance l’année prochaine !

Découvrez sans plus attendre ce court-métrage L’élec, c’est pas un jeu : https://www.parcoursmetiers.tv/video/12995-lelec-cest-pas-un-jeu

Les entreprises s’engagent !

Les entreprises partenaires de C’Possible multiplient les actions auprès des jeunes depuis la rentrée : grandes entreprises nationales ou PME, elles agissent pour favoriser l’insertion professionnelle des lycéens grâce à des stages, des rencontres en classe avec des professionnels ou des missions de mentorat d’élèves en difficultés. 

Marie Mossaz, Responsable RSE Showroomprivé.com & Mamadou Marciset, Entrepreneur

Après deux années très difficiles pour les entreprises, celles-ci marquent leur grand retour avec de nombreuses actions menées aux côtés de C’Possible. Une des actions les plus significatives est l’engagement des collaborateurs des entreprises dans des actions terrain auprès des jeunes. Ainsi, des entreprises partenaires comme TotalEnergies, Sanofi, BNP Paribas ou encore la SNCF, proposent à leurs salariés des missions de Mentorat ou d’interventions en classe dans le cadre d’ateliers de professionnalisation.  La diffusion de ces missions est facilitée par des plateformes numériques de mise en relation qui permettent aux salariés de contacter directement les équipes C’Possible. Ces actions peuvent être bénévoles (en dehors du temps de travail) ou dans le cadre du mécénat de compétences (actions menées sur le temps de travail dans la limite d’un certain nombre de jours mis à disposition par l’entreprise pour des missions d’engagement).

TotalEnergies a ainsi fait le choix de permettre à ses collaborateurs de s’engager en mécénat de compétences, notamment chez C’Possible. Véronique Charlot, en charge de l’engagement solidaire des collaborateurs de Total Energies, nous l’explique : « Avec le programme Action ! les collaborateurs de TotalEnergies peuvent s’engager auprès d’associations solidaires jusqu’à 3 jours sur leur temps de travail. Déjà plus 10 collaborateurs ont choisi de participer aux missions de C’Possible et ainsi d’aider les jeunes en lycées professionnels en apportant un éclairage différent sur le monde de l’entreprise. Nous sommes ravis de contribuer à cette belle expérience. ».

Citons également les actions des agences nantaises de BNP Paribas : les Directeurs et leurs collaborateurs animent en classe des ateliers sur « les codes et le savoir être » et « l’entrainement à l’entretien d’embauche », à la très grande satisfaction de Françoise Bordet, Déléguée régionale C’Possible pour les Pays de la Loire : « BNP Paribas est une entreprise très sensible aux questions de décrochage scolaire, les collaborateurs de l’entreprise sont très volontaires pour animer des ateliers en classe et ils s’adaptent parfaitement au public. »

Autre action tout aussi cruciale pour les lycéens professionnels : les stages. En effet, la recherche de stages qualifiants devient de plus en plus ardue pour les élèves. C’Possible met ainsi à leur disposition son réseau d’entreprises engagées dans l’accompagnement de ces jeunes stagiaires. Que ce soit le groupe Saint Gobain (avec notamment ses agences POINT P), le groupe Inditex (avec son réseau de magasins Zara, Massimo Dutti, etc.), EMIL FREY France (concessionnaire automobile) ou encore SGS France, ces entreprises agissent concrètement pour favoriser l’insertion professionnelle des jeunes. Au-delà des grandes entreprises, des PME et des TPE s’engagent également à nos côtés, à l’image de cet hôtelier parisien, François Dapremont, qui nous dévoile les raisons de son engagement : « J’ai envie d’être utile à la société et d’aider ces jeunes à se construire un avenir professionnel épanouissant: le travail, un métier, sont des paramètres fondamentaux d’une vie réussie ; en partageant mon expérience et la  passion pour mon métier, je souhaite donner des idées à ces jeunes afin qu’ils se construisent un avenir professionnel épanouissant. »