Flash infos

3 questions à Raphaël Dossou, Proviseur du lycée Martin Nadaud à Paris

Pourquoi ce partenariat avec C’Possible ? Il apporte aux élèves des expériences concrètes, des illustrations pratiques des enseignements : c’est un levier pédagogique très important. Les témoignages vivants transmis aux élèves, c’est très efficace !

Quelle serait pour vous une des interventions les plus pertinentes ? Je dirais les interventions qui illustrent la réalité du « Savoir être » notamment en entreprise : c’est absolument capital pour nos élèves. Plus généralement, toutes les interventions de C’Possible permettent aux élèves de se projeter, en confiance ; ils sont mieux préparés à la vie active, tout en se construisant un bagage culturel plus complet.

Quel est l’impact des actions de prévention du décrochage scolaire menées par C’Possible dans votre établissement ? Les causes du décrochage scolaire sont multiples et complexes, mais quand un jeune en difficulté rencontre un professionnel sur son chemin qui lui fait reprendre pied et confiance en lui, comme c’est le cas avec C’Possible, c’est simplement magique. Même si un seul jeune décrocheur devait reprendre le chemin de l’école, j’en serais très heureux !

Raphaël Dossou

Hauts de France : montée en puissance et développement territorial

La jeune délégation C’Possible des Hauts de France entame sa deuxième rentrée scolaire en se voyant confier par l’académie et le rectorat, un partenariat avec sept nouveaux lycées : quatre sur la métropole lilloise et 3 dans le bassin minier de la Région de Lens.

Avec 13 lycées partenaires dans la région, C’Possible lance une grande campagne de recrutement d’intervenants bénévoles : des accompagnateurs pour suivre des jeunes en voie de décrochage scolaire mais également des bénévoles pour intervenir en classe dans les domaines de l’Entreprise, de la Culture et des Valeurs.

C’Possible Hauts de France accompagne cette année 10 lycées sur la Métropole Lilloise et 3 nouveaux lycées dans la Région de Lens, où est programmée l’ouverture prochaine d’une antenne C’Possible, implantée localement, et animée par de nouvelles équipes de bénévoles.

Les missions proposées aux nouveaux bénévoles sont multiples :  assurer la relation avec les lycées et l’animation des accompagnateurs bénévoles, construire des partenariats avec des acteurs du monde de la Culture et des Valeurs, et également mobiliser les entreprises locales dans le cadre d’un partenariat global.

Dès que cette équipe sera formée, nous recruterons une équipe élargie d’accompagnateurs d‘élèves en voie de décrochage scolaire, motivés par cette mission passionnante.

Quant aux 10 lycées de la Métropole Lilloise pour lesquels les rendez-vous de rentrée se succèdent de façon rythmée, nous y rencontrons un réel enthousiasme de la part des équipes enseignantes. Celles-ci sont force de propositions et semblent vraiment vouloir se mobiliser et s’impliquer dans un partenariat efficient avec C’Possible.

C’est pourquoi nos objectifs cette année sont très ambitieux ! Sensibiliser 800 jeunes au travers d’interventions en classe ou d’événements et accompagner individuellement au moins 70 jeunes en difficulté.

Pays de la Loire : l’entreprise Mon Dépann’heure parraine une classe du lycée Henri Dunant

Le partenariat engagé l’année dernière entre C’Possible et la société Mon Dépann’heure basée à Angers se renforce considérablement. Ce projet pédagogique est rythmé par des échanges échelonnés tout au long de l’année avec une classe, l’objectif étant de faire connaître le monde de l’entreprise ainsi que l’entreprenariat, et de faciliter l’insertion professionnelle des jeunes. Cette année, au programme du lycée Henri Dunant: préparations aux entretiens, visites du siège de l’entreprise, échanges avec les salariés…

Les parties prenantes de ce projet n’ont pas perdu de temps, puisque les premières rencontres entre l’entreprise Mon Dépann’heure et la classe de 1ère Gestion Administration ont déjà eu lieu. Première étape : rédaction d’un scénario « type » ainsi qu’une grille d’évaluation de l’entretien par les enseignants. En parallèle les élèves ont retravaillé leur CV ainsi que leur lettre de motivation à présenter lors des entretiens blancs organisés dès la fin du mois de septembre par 3 bénévoles C’Possible (Michèle Brosset, Arnaud Deltour,Jérôme Ducuing)  et Anthony Mangeard, dirigeant de l’entreprise Mon Dépann’heure.)

Ces entretiens blancs ont permis aux élèves de se préparer aux questions qui leur seront posées lors de leurs futurs entretiens d’embauche. Ils renforcent la confiance en soi et les aident à affiner leur prise de parole, primordiale pour convaincre l’employeur le jour J !  Bilan de cette première session : des élèves enthousiastes d’après la lettre de remerciement qu’ils nous ont adressée. Citons particulièrement Dhoul-Ikram : « Merci pour tout. Ce fut un grand plaisir que vous ayez été là pour nous ». Des retours motivants, tant pour les bénévoles que pour les professeurs !

Pour la deuxième étape du projet, Anthony Mangeard s’est rendu dans la classe pour échanger avec les élèves sur son parcours professionnel et sur la création de son entreprise : de quoi en inspirer plus d’un ! Certains n’ont d’ailleurs pas caché leur reconnaissance, comme témoigne Audrey, lycéenne: « Merci, merci et encore merci pour votre intervention au sein de notre classe ! ».

Par la suite, les élèves ont eu l’opportunité de visiter le siège de l’entreprise Mon Dépann’heure et d’échanger avec plusieurs collaborateurs : le responsable du personnel, le coordinateur des chantiers en cours, la responsable de la comptabilité, tous très investis dans cette journée de découverte et d’échanges.

Ile de France : la culture sous toutes ses coutures !

Cette année, la culture est à l’honneur avec C’Possible ! Les retours positifs de professeurs sur ce pôle lors de l’enquête de satisfaction menée en Mai dernier, ont renforcé notre volonté d’élargir notre panel d’interventions culturelles. En effet, pour certains professeurs, elles ont permis à leurs élèves « d’aviver leur intérêt pour la culture et les médias » : des chorales éphémères à la découverte de quartiers parisiens, en passant par la visite de nouveaux musées récemment ouverts, nos propositions cette année sont aussi variées qu’innovantes !

C’est en musique que C’Possible a choisi de faire sa rentrée en septembre dernier:  au Lycée Vauquelin dans le 13ème arrt, Aurélien Pontier et Paul Montag, deux pianistes de renommée internationale, ont offert un concerto à quatre mains à trois classes de seconde, leur faisant découvrir les mélodies de Schumann, Brahms et Debussy… Le succès rencontré par cet événement a conforté notre choix de multiplier les propositions musicales : par exemple, des invitations gratuites à plusieurs concerts à l’Auditorium du Louvre, et ce grâce à notre bénévole Monique Devaux.

Les élèves ont également la possibilité cette année de participer à des chorales éphémères, qui leur apprendront à synchroniser leur voix en chantant en chœur : de quoi favoriser l’écoute, l’harmonie et la cohésion de classe !

Balade architecturale du Palais Royal à la Bourse pour les secondes d’Elisa Lemonnier

Autre nouveauté : suite au succès des balades architecturales animées au sein du quartier latin, il sera désormais possible de découvrir Paris entre le Palais Royal et la Bourse en passant par la place des Victoires et la Galerie Vivienne. D’autres balades autour du thème du « Street Art » seront aussi inaugurées au cœur du 13ème arrondissement, où les murs sont recouverts de fresques réalisées par des artistes venus du monde entier.  La culture urbaine sera également mise à l’honneur lors de l’intervention en classe « Petite histoire de la culture hip hop ».

Nous restons naturellement fidèles au Musée Balzac dont la réouverture après un an de travaux était tant attendue, et nous inaugurons enfin cette année un partenariat avec le Musée de la Libération dans le 14ème arrt, qui propose une immersion dans le Paris de la deuxième guerre mondiale, au travers des parcours et des récits des grands résistants français : une occasion d’évoquer leur courage et leur engagement.

Témoignages des accompagnateurs : des succès encourageants

L’accompagnement se nourrit de petits et de grands succès. Catherine, accompagnatrice depuis trois ans, a pour habitude de dire que nous semons des graines. Parfois, le chemin est long et semé d’embûches, avant d’obtenir les résultats attendus, mais en tenant bon, les retours peuvent être bluffants.

Gabrielle, Jessica ou Saffa, autant d’histoires qui nous montrent que le jeu en vaut la chandelle. Les témoignages des bénévoles qui ont accompagné des élèves l’année dernière le prouvent : c’est possible !

Anne témoigne à propos de trois élèves qu’elle a suivis: Gabrielle, ancienne enfant placée, a pris confiance en elle et amélioré ses notes, ce qui lui a permis de passer en 1ere Commerce. Jessica, quant à elle, en voie de décrochage l’année dernière, est passée sans problème en 1ere Commerce, après un stage chez Zara au cours duquel elle a été très appréciée. Et Massika, qui n’avait quasiment pas été en cours lors de son année de 2nde, a choisi finalement de redoubler dans une autre filière, un autre lycée : un nouveau départ pour elle !

Ailleurs, ce sont les élèves suivis par Claire, qui ont tous les trois obtenus leur bac, grâce à une collaboration réussie avec toute l’équipe éducative. Claire et son équipe sont déjà à pied d’œuvre cette année dans ce lycée, qui leur a confié l’accompagnement de plusieurs jeunes en décrochage. Le jeu l’Odyssée des Métiers y a déjà été organisé :  ce formidable outil redonnant confiance aux jeunes et pointant leurs qualités permet d’imaginer une voie professionnelle remotivante, qui sera ensuite approfondie tout au long de l’année.

Il y a aussi Saffa, suivie par Ndiémé, qui a obtenu les félicitations du Conseil de Classe, après avoir eu plusieurs avertissements au premier trimestre. L’accompagnement a manifestement permis ici l’expression de talents en veille.

Ces réussites donnent du sens à notre action, elles nous motivent à continuer et nous confortent dans notre « mission » : accompagner ces jeunes un bout de chemin, leur redonner confiance en eux, ouvrir le champ des possibles. Et c’est avant tout grâce à un travail collectif et à la mobilisation de toute l’équipe pédagogique et de nos bénévoles.

Les professeurs nous parlent de C’Possible !

C’Possible a lancé pour la première fois en Mai dernier une grande enquête de satisfaction auprès des professeurs d’Ile de France ayant organisé dans leurs classes des interventions « Points de repères ». L’objectif de cette enquête était double : d’une part évaluer la qualité et l’utilité de nos interventions, mais également mesurer leur impact sur les élèves.

Nous avons donc posé une dizaine de questions permettant de quantifier de manière « chiffrée » la satisfaction des professeurs, mais également laissé la possibilité de proposer des suggestions ou des pistes d’amélioration.

Retenons pour commencer un chiffre qui renforce notre détermination et notre enthousiasme : 97% des professeurs interrogés se déclarent « très satisfaits » ou « satisfaits » de nos interventions …

Les premières questions posées aux professeurs concernent l’évaluation globale de nos actions avec leurs classes :

Les chiffres ci-dessus parlent d’eux-mêmes : 97% des professeurs déclarent que les interventions ont été utiles ou plutôt utiles, et sont donc satisfaits du volet « Points de Repères ». 89% d’entre eux estiment que les élèves ont gagné confiance en eux tandis que 78% pensent que les interventions ont aidé leurs élèves à définir leur projet professionnel.

De plus, 92% professeurs jugent que les élèves ont acquis de nouvelles connaissances, tandis que 87% trouvent qu’ils ont développé de nouvelles compétences. L’un d’entre eux déclare ainsi que les interventions organisées ont « permis aux élèves de prendre confiance en eux, de se poser les bonnes questions et de mieux travailler leurs projets professionnels. » Des retours très encourageants pour nos bénévoles !

Enfin, tous les professeurs estiment que les interventions sont complémentaires du travail effectué en classe, et 85% ont échangé avec leurs élèves suite à une intervention, révélant ainsi leur intérêt pour les thèmes abordés.

Certains professeurs affirment même que les interventions ont provoqué un déclic chez au moins un de leurs élèves : que ce soit un intérêt pour une poursuite d’études, une demande de stage dans le domaine concerné par l’intervention, ou encore un changement d’attitude en classe… certains témoignages sont même très émouvants ! Une professeure d’un lycée parisien raconte : « Une élève concernée par un incident avec moi a demandé à me voir à la sortie de l’intervention ‘’A quoi sert de réfléchir’’. Elle m’a dit s’être sentie totalement visée, ce qui lui a permis de réfléchir sur son acte et de s’excuser. »

Au-delà de ces statistiques, cette enquête nous a aussi permis de récolter des avis plus personnels sur certaines interventions, que ce soit sur la forme ou sur le contenu : « La qualité des interventions, la disponibilité des intervenants ont permis aux élèves de prendre confiance et de se sentir valorisés ». D’ailleurs, certain(e)s n’ont pas hésité à partager leur enthousiasme : « Merci à tous les bénévoles de s’investir auprès de nos élèves avec autant bienveillance » 

Un grand merci à tous les professeurs ayant répondu à cette enquête, et naturellement à l’ensemble de nos bénévoles ainsi confortés dans leur engagement !

 

 

 

3 questions à …

Charles Do Marcolino, gérant de magasins La Mie Câline à Angers et à Saumur 

 

Pourquoi vous êtes-vous engagé au sein de C’Possible?

Cela faisait quelques temps que je ressentais le besoin de m’engager et d’être volontairement proactif dans la société. Je voulais apporter quelque chose de constructif et de bienveillant, en montrant aux élèves que si les efforts et le travail laborieux sont des chemins plus sinueux que celui de la colère, ils apportent à terme de plus grands bénéfices.

 

Quel a été le contenu de votre intervention dans les lycées Jean Bertin de Saumur et Henri Dunant d’Angers ?  

J’ai souhaité apporter aux élèves d’une part une ouverture sur le monde de l’entreprenariat, notamment sur le management d’équipes et les attentes des managers, et d’autre part une réflexion sur la valeur de l’argent, pour qu’ils s’approprient les valeurs économiques.  

Charles Do Marcolino

En partant de mon histoire personnelle, j’ai voulu montrer aux élèves comment passer de l’envie au rêve, et du rêve au projet concret.  

 

 

Qu’avez-vous pensé de cette expérience ?

C’est incroyable de voir les attentes qu’on peut susciter ! A 15 ans, on s’invente des frontières immuables, alors qu’à cet âge-là elles sont encore poreuses. Mais une fois qu’on transmet aux jeunes certaines informations clés, leur motivation renaît et l’on reçoit beaucoup d’énergie, beaucoup de sourires…et de nombreuses demandes de stages ! 

Hauts de France : Bilan d’un démarrage sur les chapeaux de roues !

L’heure du bilan a sonné pour l’équipe de C’Possible dans la région des Hauts de France. Les responsables et les partenaires de l’association se sont réunis le 26 Juin dernier au Rectorat de Lille afin de tirer les enseignements de cette première année d’activité et de préparer ensemble la rentrée prochaine.

Ce rendez-vous incontournable de fin d’année a permis aux proviseurs des lycées partenaires, aux représentants du Rectorat ainsi qu’à l’équipe de pilotage de C’Possible au grand complet de faire le point sur les actions menées et d’évoquer ensemble les pistes d’amélioration possibles.

L’accompagnement individuel mis en place dans 6 lycées de la métropole lilloise a permis cette année de suivre 22 élèves en risque de décrochage scolaire. Plusieurs pistes ont été évoquées pour améliorer encore ce dispositif : prévoir à la rentrée une période d’immersion dans les lycées pour les accompagnateurs C’Possible afin de créer du lien avec les enseignants et les lycéens, mettre en place un livret de suivi pour chaque élève, inviter les parents au démarrage de l’accompagnement de leur enfant, etc…

Les perspectives de développement envisagées pour l’année prochaine sont par ailleurs très optimistes : le nombre de lycées sur la métropole lilloise devrait passer de 6 à 10, une antenne de C’Possible pourrait également voir le jour dans la région de Lens avec une dizaine de lycées en ligne de mire !

Pays de la Loire : Les clés pour préparer l’avenir

Le 14 juin dernier s’est tenue une réunion stratégique de C’Possible au Conseil Régional des Pays de la Loire, afin d’établir le bilan de l’année écoulée avec tous les partenaires régionaux de l’Association. Elle a été suivie d’une réunion technique en présence des accompagnateurs de C’Possible et des équipes pédagogiques de nos lycées partenaires, proviseurs, professeurs, coordinateurs MLDS, afin de définir et d’organiser l’agenda de la rentrée.

Cette réunion-bilan a rassemblé plus de 45 participants, dont William Marois Recteur de l’Académie de Nantes, Philippe Barré, Vice-Président de la région Pays de la Loire, François Vachey Président de l’association C’Possible, les équipes pédagogiques des lycées ainsi que de nombreux partenaires de C’Possible (entreprises, associations etc.).

A l’ordre du jour : les partenariats avec les entreprises, les témoignages en classe de professionnels et le bilan de l’accompagnement individuel des élèves en risque de décrochage scolaire.

Rapprocher les lycées professionnels des entreprises est une nécessité à laquelle C’Possible entend répondre, afin notamment de sensibiliser les élèves aux codes et aux valeurs de ce secteur. A ce titre, les interventions d’Anthony Mangeard, gérant la société Mon Dépann’heure, et de Charles Do Marcolino, gérant de magasins franchisés La Mie Câline à Angers et Saumur, ont particulièrement inspiré les élèves des lycées Henri Dunant d’Angers et Jean Bertin de Saumur.

C’Possible souhaite également développer les parrainages de classes par des entreprises et mettre en place l’année prochaine des mini-stages de trois jours permettant aux élèves de découvrir sur un temps resserré plusieurs services. Cette immersion leur permettra d‘avoir une vision globale de l’entreprise, en étant encore mieux suivis par le salarié responsable du stagiaire.

Il a de plus été décidé pendant cette réunion de généraliser le partenariat avec l’Association Espace solidaire afin d’animer, sur la base du jeu Budgetissimo, des ateliers de gestion budgétaire particulièrement utiles au jeunes. Ces derniers auront vocation à être généralisés dans une douzaine de lycées partenaires de C’Possible dès la rentrée.

Enfin, un bilan de l’accompagnement individuel a été présenté : sur les 28 jeunes accompagnés par C’Possible, plus de la moitié est parvenue à définir un projet professionnel. Si certains choisissent de poursuivre leurs études, d’autres ont préféré changer de filière, ou encore effectuer un stage dans un secteur qui les attire : des résultats très encourageants !

Ile de France : Des journalistes d’Europe 1 à la Une !

Quelles sont les qualités indispensables pour devenir journaliste ? Comment vérifie-t-on une information ? Qu’est-ce qu’une fake news ? Autant de questions posées aux journalistes d’Europe 1 qui interviennent depuis plusieurs années dans les classes des lycées franciliens partenaires de C’Possible. Merci à Anne-Laure Jumet, Chef adjointe du service Economie, à Diane Shenouda journaliste Culture et à Christophe Lamarre, journaliste des Sports, pour avoir transmis aux jeunes la passion et l’exigence de leur métier.

Les journalistes d’Europe 1 intervenants bénévoles de l’association sont de plus en plus sollicités par les professeurs car la curiosité des élèves à leur égard est très forte, mais également parce que leur rapport à l’information peut parfois être approximatif et mérite d’être enrichi.

Les thématiques abordées en classe sont très variées. Tout d’abord, rappel du fonctionnement d’une station de radio : tranches horaires, flash infos, rôle de l’AFP, montage des reportages etc. L’intervenant explique ensuite en quoi consiste son métier ; Diane Shenouda détaille notamment les techniques de l’interview et propose aux élèves de se glisser dans la peau d’un reporter, en utilisant micro et enregistreur radio professionnels ! Un atelier très apprécié des élèves qui mettent alors la théorie en pratique, apprenant à creuser les sujets et à relancer la personne interviewée …

Les journalistes évoquent également leur parcours, en particulier leurs doutes, et les difficultés surmontées pendant leur apprentissage. Un moment incontournable, une illustration des valeurs de persévérance, d’engagement et de détermination qui font toute la différence et qui résonnent pour ces jeunes.

Vient ensuite le moment d’aborder le sujet du traitement de l’information : Anne Laure Jumet et Christophe Lamarre apprennent aux élèves à prendre du recul et à décrypter les fake news, notamment sur les réseaux sociaux…

Diane Shenouda entourée de lycéens dans les studios d’Europe 1

Plusieurs classes ont également eu la chance de poursuivre la découverte du monde du journalisme en visitant les locaux flambants neufs de la station : l’occasion de pénétrer dans l’antre d’une régie, d’assister à un flash infos en direct ou de dialoguer avec journalistes et animateurs !

Bilan très positif de ces interventions pour les élèves, les professeurs mais également pour nos intervenants. « J’ai été très heureuse de constater la réceptivité des élèves, leur curiosité et leur intérêt pour mon métier », déclare Diane Shenouda ; tandis que Christophe Lamarre nous confie : « intervenir dans ces classes permet de rester humble, modeste ; c’est très instructif pour moi de me confronter à d’autres réalités. »

Merci à eux et rendez-vous à la rentrée !