Flash infos

3 questions à …

Charles Do Marcolino, gérant de magasins La Mie Câline à Angers et à Saumur 

 

Pourquoi vous êtes-vous engagé au sein de C’Possible?

Cela faisait quelques temps que je ressentais le besoin de m’engager et d’être volontairement proactif dans la société. Je voulais apporter quelque chose de constructif et de bienveillant, en montrant aux élèves que si les efforts et le travail laborieux sont des chemins plus sinueux que celui de la colère, ils apportent à terme de plus grands bénéfices.

 

Quel a été le contenu de votre intervention dans les lycées Jean Bertin de Saumur et Henri Dunant d’Angers ?  

J’ai souhaité apporter aux élèves d’une part une ouverture sur le monde de l’entreprenariat, notamment sur le management d’équipes et les attentes des managers, et d’autre part une réflexion sur la valeur de l’argent, pour qu’ils s’approprient les valeurs économiques.  

Charles Do Marcolino

En partant de mon histoire personnelle, j’ai voulu montrer aux élèves comment passer de l’envie au rêve, et du rêve au projet concret.  

 

 

Qu’avez-vous pensé de cette expérience ?

C’est incroyable de voir les attentes qu’on peut susciter ! A 15 ans, on s’invente des frontières immuables, alors qu’à cet âge-là elles sont encore poreuses. Mais une fois qu’on transmet aux jeunes certaines informations clés, leur motivation renaît et l’on reçoit beaucoup d’énergie, beaucoup de sourires…et de nombreuses demandes de stages ! 

Hauts de France : Bilan d’un démarrage sur les chapeaux de roues !

L’heure du bilan a sonné pour l’équipe de C’Possible dans la région des Hauts de France. Les responsables et les partenaires de l’association se sont réunis le 26 Juin dernier au Rectorat de Lille afin de tirer les enseignements de cette première année d’activité et de préparer ensemble la rentrée prochaine.

Ce rendez-vous incontournable de fin d’année a permis aux proviseurs des lycées partenaires, aux représentants du Rectorat ainsi qu’à l’équipe de pilotage de C’Possible au grand complet de faire le point sur les actions menées et d’évoquer ensemble les pistes d’amélioration possibles.

L’accompagnement individuel mis en place dans 6 lycées de la métropole lilloise a permis cette année de suivre 22 élèves en risque de décrochage scolaire. Plusieurs pistes ont été évoquées pour améliorer encore ce dispositif : prévoir à la rentrée une période d’immersion dans les lycées pour les accompagnateurs C’Possible afin de créer du lien avec les enseignants et les lycéens, mettre en place un livret de suivi pour chaque élève, inviter les parents au démarrage de l’accompagnement de leur enfant, etc…

Les perspectives de développement envisagées pour l’année prochaine sont par ailleurs très optimistes : le nombre de lycées sur la métropole lilloise devrait passer de 6 à 10, une antenne de C’Possible pourrait également voir le jour dans la région de Lens avec une dizaine de lycées en ligne de mire !

Pays de la Loire : Les clés pour préparer l’avenir

Le 14 juin dernier s’est tenue une réunion stratégique de C’Possible au Conseil Régional des Pays de la Loire, afin d’établir le bilan de l’année écoulée avec tous les partenaires régionaux de l’Association. Elle a été suivie d’une réunion technique en présence des accompagnateurs de C’Possible et des équipes pédagogiques de nos lycées partenaires, proviseurs, professeurs, coordinateurs MLDS, afin de définir et d’organiser l’agenda de la rentrée.

Cette réunion-bilan a rassemblé plus de 45 participants, dont William Marois Recteur de l’Académie de Nantes, Philippe Barré, Vice-Président de la région Pays de la Loire, François Vachey Président de l’association C’Possible, les équipes pédagogiques des lycées ainsi que de nombreux partenaires de C’Possible (entreprises, associations etc.).

A l’ordre du jour : les partenariats avec les entreprises, les témoignages en classe de professionnels et le bilan de l’accompagnement individuel des élèves en risque de décrochage scolaire.

Rapprocher les lycées professionnels des entreprises est une nécessité à laquelle C’Possible entend répondre, afin notamment de sensibiliser les élèves aux codes et aux valeurs de ce secteur. A ce titre, les interventions d’Anthony Mangeard, gérant la société Mon Dépann’heure, et de Charles Do Marcolino, gérant de magasins franchisés La Mie Câline à Angers et Saumur, ont particulièrement inspiré les élèves des lycées Henri Dunant d’Angers et Jean Bertin de Saumur.

C’Possible souhaite également développer les parrainages de classes par des entreprises et mettre en place l’année prochaine des mini-stages de trois jours permettant aux élèves de découvrir sur un temps resserré plusieurs services. Cette immersion leur permettra d‘avoir une vision globale de l’entreprise, en étant encore mieux suivis par le salarié responsable du stagiaire.

Il a de plus été décidé pendant cette réunion de généraliser le partenariat avec l’Association Espace solidaire afin d’animer, sur la base du jeu Budgetissimo, des ateliers de gestion budgétaire particulièrement utiles au jeunes. Ces derniers auront vocation à être généralisés dans une douzaine de lycées partenaires de C’Possible dès la rentrée.

Enfin, un bilan de l’accompagnement individuel a été présenté : sur les 28 jeunes accompagnés par C’Possible, plus de la moitié est parvenue à définir un projet professionnel. Si certains choisissent de poursuivre leurs études, d’autres ont préféré changer de filière, ou encore effectuer un stage dans un secteur qui les attire : des résultats très encourageants !

Ile de France : Des journalistes d’Europe 1 à la Une !

Quelles sont les qualités indispensables pour devenir journaliste ? Comment vérifie-t-on une information ? Qu’est-ce qu’une fake news ? Autant de questions posées aux journalistes d’Europe 1 qui interviennent depuis plusieurs années dans les classes des lycées franciliens partenaires de C’Possible. Merci à Anne-Laure Jumet, Chef adjointe du service Economie, à Diane Shenouda journaliste Culture et à Christophe Lamarre, journaliste des Sports, pour avoir transmis aux jeunes la passion et l’exigence de leur métier.

Les journalistes d’Europe 1 intervenants bénévoles de l’association sont de plus en plus sollicités par les professeurs car la curiosité des élèves à leur égard est très forte, mais également parce que leur rapport à l’information peut parfois être approximatif et mérite d’être enrichi.

Les thématiques abordées en classe sont très variées. Tout d’abord, rappel du fonctionnement d’une station de radio : tranches horaires, flash infos, rôle de l’AFP, montage des reportages etc. L’intervenant explique ensuite en quoi consiste son métier ; Diane Shenouda détaille notamment les techniques de l’interview et propose aux élèves de se glisser dans la peau d’un reporter, en utilisant micro et enregistreur radio professionnels ! Un atelier très apprécié des élèves qui mettent alors la théorie en pratique, apprenant à creuser les sujets et à relancer la personne interviewée …

Les journalistes évoquent également leur parcours, en particulier leurs doutes, et les difficultés surmontées pendant leur apprentissage. Un moment incontournable, une illustration des valeurs de persévérance, d’engagement et de détermination qui font toute la différence et qui résonnent pour ces jeunes.

Vient ensuite le moment d’aborder le sujet du traitement de l’information : Anne Laure Jumet et Christophe Lamarre apprennent aux élèves à prendre du recul et à décrypter les fake news, notamment sur les réseaux sociaux…

Diane Shenouda entourée de lycéens dans les studios d’Europe 1

Plusieurs classes ont également eu la chance de poursuivre la découverte du monde du journalisme en visitant les locaux flambants neufs de la station : l’occasion de pénétrer dans l’antre d’une régie, d’assister à un flash infos en direct ou de dialoguer avec journalistes et animateurs !

Bilan très positif de ces interventions pour les élèves, les professeurs mais également pour nos intervenants. « J’ai été très heureuse de constater la réceptivité des élèves, leur curiosité et leur intérêt pour mon métier », déclare Diane Shenouda ; tandis que Christophe Lamarre nous confie : « intervenir dans ces classes permet de rester humble, modeste ; c’est très instructif pour moi de me confronter à d’autres réalités. »

Merci à eux et rendez-vous à la rentrée !

Retour sur une année d’accompagnement pour remettre les jeunes sur le chemin du lycée

C’est une année scolaire sous le signe de la croissance : 170 jeunes suivis, 84 accompagnateurs, 42 lycées partenaires. Que ce soit en Ile de France, région d’intervention historique de l’association, ou plus récemment dans les Pays de la Loire et les Hauts de France, C’Possible déploie depuis 3 ans maintenant son réseau d’accompagnateurs bénévoles qui réinventent chaque jour de nouvelles façons d’intervenir auprès des jeunes en décrochage.

En début d’année scolaire, la moitié des jeunes accompagnés par C’Possible ont été identifiés par les équipes pédagogiques des lycées et l’autre moitié à la suite de leur participation au jeu Odyssée des métiers qui permet de pointer leurs qualités, leurs centres d’intérêt ainsi que des pistes d’orientation professionnelle possibles.

Anne, accompagnatrice C’Possible et Magdalena

Puis c’est un véritable coaching sur mesure qui leur a été est proposé tout au long de l’année : identification des freins et des handicaps face à la scolarité, préparation aux entretiens d’embauche pour trouver un stage, conseils sur le savoir être en entreprise, stages dans l’une de nos entreprises partenaires pour valider une nouvelle filière, etc…                                                               

Jeunes retraités et issus de l’entreprise pour la plupart, recrutés pour partie en partenariat avec l’association Passerelles et Compétences, nos accompagnateurs bénévoles ont fait bénéficier les jeunes de leur expérience et de leur réseau afin de leur redonner des perspectives d’avenir.

Ainsi, l’exemple en Pays de la Loire de ce jeune d’origine Koweitienne, qui parlait très peu français, intéressé par la coiffure, mais désorienté. Pris en main par un accompagnateur de C’Possible, il lui a trouvé des cours de Français, a travaillé sur son projet, et ils ont décroché ensemble 3 stages en coiffure. Aujourd’hui ce jeune démarre un contrat d’apprentissage de 2 ans en CAP coiffure. Ou encore cette jeune fille à Paris, ayant cumulé des avertissements au premier trimestre à cause de son absentéisme et de son comportement et qui, après plusieurs semaines d’accompagnement, a terminé l’année avec les félicitations du conseil de classe !

Reprise de l’assiduité, passage dans la classe supérieure, augmentation de la confiance en soi, réorientation choisie, ces résultats dont nous ont fait part les équipes pédagogiques, confirment l’impact de ces accompagnements, qui participent à la prévention du décrochage scolaire.

 

Journée en immersion chez Publicis

Les élèves des lycées parisiens Martin Nadaud et Maria Deraismes ont bénéficié en avril dernier d’une journée en immersion au siège de l’agence Publicis, avenue des Champs Elysées, en présence de Jean-Marie Huart, directeur général de l’enseignement secondaire au Ministère de l’Education Nationale.  Au programme : des présentations des nouveaux métiers de la communication liés au numérique, des témoignages sur les parcours des salariés, sur l’importance du travail et de la persévérance au cours de leur vie professionnelle : « il ne faut pas s’arrêter sur un échec, car des échecs vous en aurez probablement, des « non » vous en aurez aussi. (…) continuez, creusez, vous finirez par y arriver » insiste Deborah, consultante chez Publicis depuis 5 ans.

Les élèves des lycées Martin Nadaud et Maria Deraismes au siège de Publicis

Rendre cette rencontre la plus vivante et la plus dynamique possible : c’est le challenge que se sont lancés C’Possible et le groupe Publicis, pour tenter d’éveiller une flamme chez certains élèves, à travers des récits inspirants.

Grâce à l’aide précieuse de Benoît Roger-Vasselin, DRH de Publicis à l’initiative de ce projet, et de Laure Demain-Martinet, Chief Talent Officer chez Publicis Media, les lycéens ont pu découvrir la diversité des métiers de la communication, ainsi que de nouveaux métiers comme ceux liés au développement dans les media des marques lifestyle (beauté, mode, décoration, sport etc.) ; les témoignages des jeunes start-uppers de la Pépinière hébergée par Publicis ne les ont pas non plus laissés indifférents !

« La présentation d’aujourd’hui m’a donné envie de faire un stage chez Publicis, et j’ai pris contact avec une des représentantes » nous livre l’un d’entre eux. Une élève de Maria Deraismes semble conquise par le secteur de la communication: « Je pensais que c’était quelque chose de banal, mais en fait non, il y a vraiment pleins d’univers dans la communication, et j’aime beaucoup ! »

L’autre objectif de cette journée était d’insister sur l’importance du travail, de l’effort et de la persévérance, tout en redonnant confiance à ces jeunes, comme en témoigne Anne-Gabrielle Heilbronner la Secrétaire Générale du groupe Publicis : « Quels que soient vos talents, la chance que vous avez, les rencontres que vous faites, si vous ne travaillez pas, vous n’arriverez pas là où vous avez envie ». Un discours qui a su à la fois stimuler l’intérêt des élèves, et les motiver !

Pour le proviseur du lycée Martin Nadaud, cette journée « vaut six mois d’accompagnement dans un lycée » : de quoi ravir les intervenants du groupe Publicis, dont l’enthousiasme, la générosité et le tempérament ont forcé le respect du public, conquis. Bravo !

(voir également sur ce sujet, la vidéo Publicis-C’Possible en page d’accueil du site)

Les essentiels du savoir-être en entreprise

Quelle attitude doit-on adopter en entreprise ? Se comporte-t-on de la même manière avec tous ses collègues ? Doit-on vouvoyer ou tutoyer son chef ? Sensibiliser les jeunes aux codes de l’entreprise : c’est la mission que l’association C’Possible s’est donnée à travers une nouvelle intervention sur le « savoir être en entreprise ». Initiée en avril en Ile de France, cette intervention a permis d’aborder les notions de valeurs et de culture d’entreprise à travers une présentation ludique suivant les premiers pas en entreprise d’une nouvelle salariée, Elodie.

A partir de l’expérience personnelle de l’intervenant C’Possible, les élèves découvrent les compétences comportementales nécessaires à une bonne intégration lors de leur stage, ainsi que les normes à intégrer en matière de politesse, d’écoute et de ponctualité. Ils reviennent également sur les relations avec les collègues ainsi qu’avec la hiérarchie, afin d’éclaircir les attentes de leur employeur.

Motivation, engagement et fiabilité sont les maîtres mots de cette intervention ! 

« Le savoir être en entreprise » par Olivier Balas au lycée Maria Deraismes

Les élèves réalisent également un bilan sur la semaine d’intégration d’Elodie, la jeune salariée ; ont-ils été surpris par certains codes ? Quelle compétence leur a-t-elle paru la plus difficile à acquérir ?   L’intervention se termine par un atelier d’improvisation avec des scénettes au cours desquelles les élèves pourront notamment simuler leur première rencontre avec leur supérieur hiérarchique, se mettre en situation avec un client ou avec des collègues.   

« L’atelier est très intéressant » nous confie une professeure du lycée professionnel Pauline Roland.  « Lors de son premier stage, l’élève a besoin de connaitre les codes et les valeurs de l’entreprise, de savoir comment se positionner et se comporter par rapport à sa hiérarchie, ses collègues et les clients.»

Un retour encourageant sur une intervention à l’avenir prometteur !

Trois questions à…

Magdalena, élève en Bac Pro Commerce, accompagnée par Anne

 

Pourquoi as-tu choisi d’être suivie par l’association C’Possible ?

Quand j’étais en Seconde au lycée Pierre Lescot à Paris, je n’étais pas bien dans ma peau, je n’allais plus vraiment en cours au lycée… J’étais perdue. J’ai rencontré Anne pendant une réunion d’information et le courant est tout de suite passé entre nous !

Que t’ont apporté tes rencontres avec Anne ?

Anne m’a apporté un vrai soutien et m’a permis de reprendre confiance en moi. Grâce à elle, j’ai trouvé un stage dans un grand magasin. J’ai découvert que je me sentais bien dans le monde du travail, ce qui m’a vraiment remotivée. J’ai donc décidé de continuer mes études dans la filière Commerce.

Et maintenant ?

Maintenant je suis en Première, je vais régulièrement en cours et j’ai de bien meilleures notes ! Je veux réussir mon bac puis aller en BTS. Je rêve d’ouvrir un jour ma propre boutique de vêtements de sport.

C’Possible développe la formation de ses accompagnateurs

L’accompagnement individuel est un élément clé pour favoriser la persévérance scolaire des lycéens en voie de décrochage. Pour C’Possible, il s’agit de proposer aux élèves des lycées partenaires un accompagnement de qualité, basé sur des compétences humaines et professionnelles. L’association développe depuis deux ans des outils et des formations permettant aux accompagnateurs d’accomplir au mieux leur mission.

Le dernier cycle de formation en cours porte sur le Savoir-Être des accompagnateurs.

Tout nouveau bénévole C’Possible dispose d’un panel d’outils et de formations lui permettant de se préparer à sa mission d’accompagnement.

Tout d’abord, une « boîte à outils C’Possible » lui est remise à son arrivée. Celle-ci est composée de fiches-guides issues du retour d’expériences de tous les accompagnateurs. Parmi elles, un guide d’entretien « brise-glace » : la prise de contact avec le jeune n’étant pas toujours facile, tous les conseils sont les bienvenus pour établir au plus tôt la relation de confiance qui permettra de construire ensemble un projet scolaire et professionnel motivant. On y trouve également des documents utiles à la préparation des stages et plus généralement à l’entrée en entreprise : « Préparer son CV et sa lettre de motivation », « Se préparer à l’entretien de stage », « Les codes de l’entreprise »…

Un groupe d’accompagnateurs en formation

Par la suite, les bénévoles sont formés au jeu pédagogique l’Odyssée des Métiers qui permet de faciliter le contact avec les élèves en voie de décrochage scolaire. Ce jeu est l’occasion pour ces jeunes de prendre conscience de leurs goûts, de leurs centres d’intérêt et de leurs qualités. A l’issue du jeu, des fiches de synthèse personnalisées sont remises à l’équipe pédagogique du lycée et utilisées lors du premier entretien entre élève et accompagnateur.

Enfin, pour améliorer encore la qualité de l’accompagnement, une nouvelle campagne de formation est en cours pour prendre en compte la diversité des situations rencontrées avec les élèves. Il s’agit de travailler sur la communication, autour de trois ateliers : « Savoir écouter », « Prendre en compte la diversité culturelle », « Redonner confiance ».

Grâce aux bénévoles ainsi préparés et formés, plus de 150 élèves sont accompagnés cette année par C’Possible dans nos trois régions d’intervention.

Un nouveau délégué régional et une équipe de pilotage au travail dans les Hauts-de-France !

La mise en place de l’accompagnement individuel des élèves décrocheurs a marqué le lancement en septembre 2018 de l’antenne C’Possible dans les Hauts-de-France. Depuis, une équipe de pilotage s’est constituée et s’est investie à fond pour multiplier les actions auprès des lycéens de Lille, Roubaix et Tourcoing ! Il s’agit maintenant de renforcer la structuration de l’antenne et de développer de nouveaux programmes en partenariat avec le rectorat et les lycées, tout en restant concentré, pour l’instant, sur la métropole Lilloise et ses environs proches.

Depuis décembre 2018 la nouvelle équipe de pilotage de C’Possible dans les Hauts-de-France multiplie les initiatives pour développer l’accompagnement et les interventions dans les 6 lycées partenaires de la région.

La constitution de l’équipe a été marquée par l’arrivée d’un délégué régional, Jean-François Lepoutre, qui anime l’équipe de pilotage de la région.

A ses côtés, Laurent Desoblin, coordinateur du pôle « Lycées & Accompagnement », recrute, forme et coordonne les accompagnateurs, en relation constante avec les proviseurs, CPE et professeurs référents. Vincent Le Blan, quant à lui, est responsable des pôles « Culture » & « Valeurs » : c’est lui qui sélectionne et organise les actions dans ces domaines, en collaboration avec Laurent Desoblin. Tous deux sont épaulés par Hervé Coisne, à l’initiative de nombreux rendez-vous avec des acteurs économiques majeurs de la région. 

Grâce à leur travail, l’antenne de C’Possible dans les Hauts-de-France se développe à un rythme accéléré : 6 lycées engagés, 22 accompagnants opérationnels et autant de jeunes accompagnés, de nombreuses interventions programmées dans les lycées en mai-juin… Mais l’équipe de pilotage ne souhaite pas en rester là : « Nous devons encore optimiser notre partenariat avec les lycées aussi bien dans le domaine de l’accompagnement que celui des interventions « Entreprise-Culture-Valeurs ». D’ici fin juin, nous prévoyons de finaliser le programme de l’année prochaine afin de démarrer nos actions dès la rentrée de Septembre. » annonce Jean-François Lepoutre.

Et qu’en est-il du développement territorial ? « Nos priorités jusqu’à juin 2019 sont de concentrer nos actions sur 6 lycées ; à la rentrée de septembre, nous élargirons notre champ d’actions à quelques autres lycées tout en veillant à rester concentrés, pour l’instant, sur la métropole Lilloise et ses environs proches. » Se développer sans s’éparpiller pour rester efficace, tel est le souhait de C’Possible !

Le développement de l’antenne des Hauts-de-France a également permis d’initier des partenariats innovants. Parmi les perspectives, celle d’intégrer un atelier de travail au niveau de la MEL (Métropole Européenne de Lille) qui regroupe différents acteurs de la société, notamment du secteur associatif. L’objectif est de rédiger un document stratégique pour « Une Orientation, Une Formation, Un Métier »… La légitimité de C’Possible a ainsi été reconnue sur la cible lycées professionnels / Prévention du décrochage scolaire.