Le monde culturel

Donner des clés, ouvrir des portes, bousculer les idées reçues, faire aimer des mondes inconnus. Tels sont les maîtres mots de nos actions de partenariat avec le monde culturel. Musées, opéras ou palais sont des lieux souvent intimidants pour nos jeunes, qui pensent à tort que la culture qu’ils incarnent ne leur est pas destinée et qu’elle n’a aucun rapport avec celle dont ils se nourrissent quotidiennement, des mangas au rap en passant par le street art, ou, dans le cas de jeunes issus de l’immigration, avec celle de leur pays d’origine.

Les institutions culturelles qui nous font confiance jouent le jeu en leur offrant un traitement particulier, préparé avec leurs enseignants. Plus d’une fois, il s’agit de les déconcerter en leur montrant l’envers du décor, les étapes de la création, les échos de créations du passé ou de mondes lointains dans des œuvres d’aujourd’hui qu’ils admirent, ou encore la somme d’amour, de patience et de beauté qu’il peut y avoir dans des objets qu’ils n’auraient jamais regardés, comme une tapisserie ou un tableau abstrait. Le tout sous-forme de visites ou d’ateliers spécialement conçus pour eux. Il s’agit toujours de faire du sur mesure.

Nos jeunes souscrivent volontiers à la phrase de Cocteau dans Le Requiem : « Il est juste qu’on m’envisage/ Après m’avoir dévisagé. » Nos amis des institutions culturelles, les membres de notre association et leurs enseignants veulent les envisager et voir naître sur leur visage la joie d’avoir découvert des mondes merveilleux et jusqu’ici inaccessibles.

« Je salue avec plaisir les actions de l’association C’Possible en faveur des jeunes des milieux défavorisés, car elles s’inscrivent dans la même ambition que celle que nous développons au Louvre ! »

Né à Paris et élevé à Rosny-sous-Bois, je dois tout à l’école, à mes enseignants et à la culture. Encore aujourd’hui, je me souviens du choc qu’a été ma première visite au Louvre. C’était en 1975. J’avais onze ans. Entouré de mes camarades de classe, j’ai découvert mes premières œuvres d’art et l’Antiquité. Devenu Président-directeur du Louvre, j’ai voulu donner l’occasion à des milliers d’autres jeunes de ressentir ce même choc qui s’apparente à un vrai coup de foudre.

Fin 2015, un nouvel espace, sorte « d’école du regard », situé dans l’aile Richelieu, a été entièrement crée et dédié à l’éducation artistique et culturelle. Chaque année, nous présentons des œuvres issues des collections du Louvre et des grands établissements culturels français, autour d’une grande thématique.

Ce projet repose sur une conviction profonde : quelle que soit la voie professionnelle que l’on choisit, l’art est à la fois une formidable source d’inspiration, une boussole, un refuge.

Jean-Luc Martinez

Président-directeur du Musée du Louvre (Paris)

« Il est passionnant de voir avec quel engagement les élèves s’approprient notre patrimoine culturel commun ! »

Depuis deux ans que le partenariat avec C’Possible a été initié, le Musée du Luxembourg reçoit pour chacune de ses expositions des classes d’établissements partenaires. Des visites guidées adaptées au public jeune sont généralement suivies d’une découverte du Sénat, pour constituer une journée dédiée à la culture et aux valeurs de la République française. Pour des jeunes gens qui, souvent, ne sont encore jamais entrés dans un musée, la visite d’exposition est l’occasion d’une véritable rencontre avec les œuvres. C’est une expérience sensible profonde que nous observons à chaque fois au Musée, tout comme nous la percevons dans les retours que nous en font les professeurs, puisque les visites sont généralement suivies d’un travail de restitution écrit ou oral. Il est passionnant de voir avec quel engagement les élèves s’approprient notre patrimoine culturel commun !

François Grolleau

Directeur du musée du Luxembourg

« D’habitude, je ne comprends pas, mais là [au musée des arts décoratifs, dans la galerie Moyen Âge-Renaissance] devant la tapisserie du banquet, je me suis vraiment régalée », « Tu sais qu’ici [au musée Nissim de Camondo] on nous encourage à exprimer ce qu’on ressent », « C’est drôle de voir comme les gens étaient petits et comme les artisans avaient le souci du détail [dans la galerie XVIIIè] ».

Ces phrases captées au fil de visites illustrent notre démarche de pédagogie, à l’écoute et à la rencontre de tous. Quel que soit le niveau des classes accueillies, en atelier « t’as vu, j’ai réussi à glisser un insecte sur mon bijou fleur ? » ou en visite « j’aurais bien aimé vivre à cette époque », les élèves trouvent matière à s’interroger, à s’émerveiller, à imaginer ce que fut la vie au temps passé, à comprendre ce que les artistes et artisans ont mobilisé de savoir-faire pour élaborer ces pièces qui ont traversé les siècles.

Si les formes et les usages passionnent, les matériaux et métiers captivent, les correspondances entre expositions temporaires et collections permanentes offrent d’intéressants développements. Les parcours contés, la visite olfactive, la visite théâtralisée sont autant d’activités originales qu’il nous plait de proposer. Transmissions est le titre de notre programme, transmettre, notre mission quotidienne. Au plaisir de vous accueillir, de construire avec vous des projets.

Catherine Collin

Responsable du service du public des Musées des Arts décoratifs