Trouver sa voie

Avec le soutien du Ministère de l’Education Nationale et des rectorats concernés, C’Possible s’est également engagé dans la lutte contre le décrochage scolaire, afin d’aider les jeunes lycéens en difficulté.

En savoir plus sur la convention nationale de partenariat, signée avec le Ministère de l’Education Nationale en novembre 2016.

C’est également avec le soutien résolu d’un nombre important d’entreprises et de fédérations professionnelles, et le concours actif des présidents de régions que cette démarche concrète a pu voir le jour dès la fin 2016.

Baptisé « 100.000 tuteurs-100.000 stages », ce chantier, d’ampleur nationale à moyen terme, a démarré début 2017 en Ile de France et dans la région Pays de la Loire, pour se développer ensuite à une échelle nationale. C’Possible intervient aujourd’hui dans une quarantaine de lycées professionnels et technologiques de ces deux régions.

Il vise à prendre progressivement en charge des jeunes « décrocheurs », en leur proposant des stages de 1 à 2 mois environ, de l’apprentissage et autres formes d’alternance… les aidant ainsi à trouver leur voie professionnelle, après avoir identifié de manière approfondie avec eux un métier qui les motiverait pour l’avenir.

Cette confrontation concrète à une future orientation professionnelle, librement choisie par chacun de ces jeunes, contribue à favoriser, pour beaucoup d’entre eux, une possible et durable réinsertion professionnelle et sociale.

Des ‘’tuteurs’’ bénévoles, issus principalement des entreprises partenaires, les accompagnent individuellement, avec le soutien de C’Possible.

Ce tutorat individuel, proche du jeune au quotidien s’effectue en liaison étroite avec l’établissement scolaire concerné et la famille ; cette relation ‘’tripartite’’, associée à une véritable relation de confiance, étant une condition indispensable à la réussite d’un tel projet.

Au terme du stage, un bilan est fait avec le lycée, en concertation avec la famille et C’Possible afin de déterminer le futur parcours de formation : nouvelles filières au sein du lycée, ou orientation CAP-Bac Pro, ou CFA-apprentissage, ou bien une autre forme d’alternance.

témoignages

Tout comme Fred, avec l’appui des entreprises partenaires et de l’association à travers son réseau de tuteurs, d’autres jeunes ont pu effectuer des stages en entreprise :

  • Dimitri, stagiaire chez Sodexo, à l’hôpital Georges Pompidou, au département logistique
  • David, stagiaire chez Carrefour
  • Julien, sur le point de débuter un stage chez L’Oréal, ou Mireille aux Galeries Lafayette de Rosny-sous-Bois dans le domaine de la vente, ou encore Théo, qui commence un stage dans le domaine de la sécurité aux Galeries Lafayette d’Angers.
  • Et bien d’autres stages à venir, actuellement en cours de discussion avec les entreprises partenaires…
Dimitri avait débuté une seconde professionnelle en accueil mais s’est retrouvé en situation de décrochage car non motivé par ce choix jusqu’à lâcher complètement. Il est sérieux et volontaire mais perdu dans son orientation.

Lors d’un premier entretien, il mentionne tour à tour son intérêt pour le sport, la petite enfance, le nettoyage (profession de ses parents). Petit à petit, il confirme son désir de pouvoir effectuer un stage dans le nettoyage. Je lui ai trouvé ce stage dans une équipe Sodexo à l’hôpital Georges Pompidou. L’ayant rencontré avec son tuteur dans l’hôpital après la première semaine, j’ai la confirmation qu’il est à l’heure, impliqué dans ce qu’il fait, qu’il accepte les remarques et a le souci d’améliorer son travail. Puis il a demandé à effectuer la deuxième semaine de stage dans l’équipe logistique qui approvisionne les divers services de l’hôpital (et en particulier la cantine avec 3.000 repas servis chaque jour). Il peut ainsi découvrir ce métier qui lui plait. Dimitri a confirmé ensuite qu’il était intéressé par un CAP en logistique.

Grâce à l’approche et la méthodologie proposée par C’possible, Dimitri a sans doute trouvé sa voie, ce qui est très encourageant pour la suite. Je me sens particulièrement fier d’avoir contribué à aider Dimitri dans son orientation professionnelle.

François Gayet

Responsable pôle Entreprise C’Possible, Ancien DG du Cercle de l’Industrie

J’ai eu la chance d’être référent « entreprises » auprès de plusieurs partenaires dont Zara, L’Oréal, les Galeries Lafayette ou Sodexo. Mes interlocuteurs DRH sont remarquables ; ils le sont par leur politique RH menée auprès de leurs salariés, mais ils le sont également vis-à-vis de notre association par l’ouverture, la bienveillance dont ils font preuve en acceptant d’intégrer dans leurs équipes les jeunes dont nous soumettons la candidature pour des stages.

J’ai eu la chance d’être référent «entreprises » auprès de plusieurs partenaires dont Zara, L’Oréal, les Galeries Lafayette ou Sodexo. Mes interlocuteurs DRH sont remarquables ; ils le sont par leur politique RH menée auprès de leurs salariés, mais ils le sont également vis-à-vis de notre association par l’ouverture, la bienveillance dont ils font preuve en acceptant d’intégrer dans leurs équipes les jeunes dont nous soumettons la candidature pour des stages.

J’ai eu l’occasion d’accompagner 2 jeunes au 1er entretien en tant que futur stagiaire avec la DRH, chez Zara et chez Sodexo et ce qui ressortait était que l’accueil était tel qu’il ne pouvait que donner confiance au jeune.

Un grand coup de chapeau aux équipes enseignantes dans les lycées ! Je n’ai rencontré que des gens très motivés, très au fait des problèmes de décrochage scolaire, connaissant bien individuellement leurs élèves « décrocheurs », prêts à nous aider pour qu’on réussisse ensemble à ramener ces jeunes vers une voie professionnelle active et non pas subie.

Il faut faire preuve de pugnacité et surtout d’espoir, l’enjeu est trop important, du coup on ne désespère jamais, moins on a l’impression de réussir et plus on a envie de continuer. Il m’est arrivé à plusieurs reprises d’attendre une jeune fille au lycée sans qu’elle ne vienne. Quelques jours après, c’est elle qui a sollicité un nouveau rendez-vous. « Patience et longueur de temps », telle peut être la règle à suivre pour nous, tuteurs.

Nicole Gacoin

Tuteur C’Possible, Coordinatrice des tuteurs de l’Ile de France